La gastronomie à 6 pattes

En Amérique du Nord, la gastronomie à base d’insectes inspire généralement le dédain. Mais ailleurs dans le monde, en plus d’avoir été une pratique ancestrale ayant sauvé bien des peuples de la famine, les insectes constituent encore aujourd’hui un délice dont on serait fou de se priver.

Selon la FAO (l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), plus de deux milliards d’humains à travers la planète se régaleraient quotidiennement d’insectes.1 Comparativement à chez nous, où cette pratique est encore apparentée à une cuisine peu conventionnelle, il n’est pas extravagant pour plusieurs communautés d’apprêter larves, grillons ou encore chenilles pour le souper.

IMG_8472

J’ai recensé pour vous cinq destinations à mettre à votre agenda de voyage, où les plus courageux d’entre vous pourrez élargir votre palette d’expériences culinaires !

  • Japon : Les Japonais consomment beaucoup de riz et parfois, ils n’hésitent pas à enrichir sa valeur nutritive d’une façon plutôt particulière. En effet, dans certaines régions, larves, nymphes et guêpes adultes de l’espèce Vespula lewisii sont rôties à la poêle, puis enrobées de riz cuit, auquel on ajoute sucre et sauce soja en guise d’assaisonnement.
  • Colombie : La région de Santander, dans le nord-est de la Colombie, attire annuellement les foules pour la célèbre récolte des hormigas culonas, mieux connues sous le nom de « fourmis à gros derrière ». Une fois capturées, ces charmants insectes sont rôtis à la poêle et dégustés avec enthousiasme. Semble-t-il que leur goût est savoureux à un point tel qu’elles se prévalent du joli surnom de « caviar de Santander » !
  • Afrique du Sud : Le ver du mopane (nommé ainsi en référence à l’arbre où on le trouve) est en fait une grosse chenille bien juteuse, disponible autant en campagne que dans les grandes villes d’Afrique du Sud. Généralement, le ver du mopane est séché et vendu au marché, ou encore il se retrouve à la casserole, dans une sauce aux tomates.
  • Bali : À Bali, si l’on est assez habile pour capturer ces élégantes créatures, les libellules sont grillées ou bouillies, puis rehaussées avec du gingembre, de l’ail et du lait de coco.
  • Vénézuela : Et si je vous disais que vous pourriez trouver votre dîner dans la jungle vénézuélienne ? Un épisode d’une excellente série de reportages de la BBC, Human Planet, nous montre à quel point la tarentule Goliath est prisée dans certains villages. L’araignée géante est habilement extirpée de son nid, immobilisée et saisie par les pattes, puis emballée dans une feuille de bananier. L’heure du lunch débute lorsqu’on la pique sur un bâton et qu’elle est rôtie tranquillement au-dessus du feu, à l’instar d’une guimauve. Un fin couinement nous indique que la cuisson est à point, puis elle est décortiquée et assaisonnée d’épices. Pour savoir comment chasser la tarentule lors de votre prochain trek, allez jeter un coup d’œil à cet extrait.

IMG_8507

Appétissant, n’est-ce pas ? Ce qui nous apparaît comme n’étant que de vilaines bestioles constitue pourtant en une mine d’éléments nutritifs. Les insectes sont riches en protéines, en acides gras insaturés, en vitamines et en minéraux, et nous offrent toute la plage des acides aminés essentiels, en plus d’être peu coûteux à produire, autant monétairement que sur le plan environnemental, avec une minime émission de gaz à effet de serre.

Si vous êtes trop enthousiaste et ne pouvez pas attendre à vos prochaines vacances avant de vous mettre un insecte sous la dent, il est toujours possible de commander des barres énergétiques à base de farine de criquets chez Tarzan nutrition, une entreprise québécoise. Vous pouvez également visiter la boutique du jardin botanique de Montréal afin de vous procurer des grillons à saveur de cheddar et bacon, ou encore des ténébrions aux épices barbecue, à déguster lors de votre prochaine soirée cinéma !

 

Chronique de Mélissa Moffet

 

Références :
1FAO. (2014). Le potentiel des insectes pour l’alimentation. [En ligne]. Consulté le 20 novembre 2015.
Insectarium de Montréal, Thémis, J-L. (1997). Des insectes à croquer : guide de découvertes. Montréal : Les éditions de l’Homme.
La Presse plus. (2015). Nutrition : efficaces en bibitte ! [En ligne]. Consulté le 22 novembre 2015.
http://plus.lapresse.ca/screens/5b87c2c8-1529-4d93-997a-248e45e519da%7C_0.html
http://www.fao.org/news/story/fr/item/231845/icode/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s