Smaklig måltid!

 

La cuisine suédoise est depuis plusieurs années ma favorite. Au pays des rennes et du IKEA, oubliez tout de suite la sole panée du Captain Highliner ou le poisson blanc arrosé de sauce blanche : là-bas, la cuisine se démarque par sa fraîcheur, sa simplicité et ses saveurs nordiques, qui sauront réjouir à coup sûr vos papilles gustatives. Prenez un moment pour savourer ce bref portrait de la gastronomie propre à ce magnifique pays !

Smaklig måltid!

(Bon appétit!)

21837590298_2cf29e6aaa_k

Les trésors locaux

La Suède est un pays de contraste : étant très septentrional, l’hiver y est rude et long et l’été y est doux et court. La disponibilité des aliments locaux varie donc au gré des saisons, et ces aliments prennent leur origine à même la forêt ou la mer. Le début de la saison froide apporte une variété de légumes racines, comme le céleri-rave, la pomme de terre, le rutabaga et la betterave, qui sont souvent mis en conserve, marinés ou fermentés pour en assurer leur conservation pendant les longs mois d’hiver. L’été se veut plus clément en offrant toute une gamme de produits cueillis ou chassés dans la dense forêt suédoise : gibier, champignons sauvages, myrtilles, fraises suédoises, mûres arctiques et airelles.

La cuisine traditionnelle

La cuisine suédoise regorge de poissons frais locaux et la pomme de terre grelot bouillie est souvent l’accompagnement de prédilection. Chez les Suédois, pas de discrimination envers les vertébrés aquatiques : on consomme autant la truite, l’aiglefin et la morue que la perchaude, le hareng baltique et le saumon. Par ailleurs, le brochet et toute une gamme de poissons plats sont également appréciés. Ils sont généralement séchés, fumés ou cuisinés sous forme de gravlax, où le poisson est saumuré dans un mélange de sel et de sucre. Les viandes de bœuf, de veau et de porc occupent également une place de choix, par exemple dans la préparation des petites boulettes suédoises, qui n’ont certainement plus besoin de présentations! Les saucisses en tout genre et le gibier ont également la cote, tout comme le boudin de porc.

Au quotidien

Les journées démarrent habituellement avec un petit déjeuner empreint de simplicité, soit une tranche de pain avec du beurre et du fromage, le tout accompagné d’un bol de thé. Les repas subséquents consistent en un poisson, une viande ou de la volaille, avec en accompagnement des pommes de terre ou des légumes similaires à ceux que nous consommons au Québec. Notez que le maïs sucré en grains fait exception, car il est plutôt rare en Suède.

Les jours de fête

Lors des célébrations, les tablées s’emplissent de victuailles dignes de la cuisine traditionnelle suédoise. La Pâques est célébrée avec des repas de saumon et d’agneau. Le coup d’envoi de la saison des Fêtes est donné par la fête de la Sainte-Lucie, célébrée le 13 décembre. Cette journée est soulignée par la confection des moelleuses brioches de la Sainte-Lucie, faites à base de lait, de beurre, de sucre, de farine et de safran. Par la suite, Noël voit arriver les plats de jambon, de boulettes de viande et de charcuteries de toutes sortes. Les poissons se parent de leurs plus beaux atours : hareng fumé ou séché, gratin d’anchois aux oignons et à la crème, saumon et anguille défilent sur la table. Les ventres bien remplis achèvent les festivités avec une petite douceur propre à la Suède, le Risgrynsgröt, un gruau au riz arborio mijoté avec du lait, du sucre et un bâton de cannelle.

Les épices

L’aneth fait partie intégrante de la cuisine suédoise. On l’utilise abondamment dans les plats principaux, surtout pour agrémenter les pommes de terre et le poisson. Au niveau des desserts, la cannelle et le clou de girofle sont très présents dans les pâtisseries. Ces deux épices assaisonnent à merveille les biscuits, les gâteaux et les galettes, et la cannelle se marie bien au lait de beurre, qui est ensuite mélangé avec des céréales et dégusté comme un yogourt.

Quelques spécialités:

Les Semlors: petits pains à la cardamome farcis de pâte d’amande et de crème fouettée, servis avec du lait chaud et de la cannelle.  

Le Glögg: vin rouge chaud épicé, auquel une larme de rhum ou de cognac est ajoutée. Après avoir réchauffé les alcools sur le feu, des raisins secs, des amandes blanchies et plusieurs épices (dont le clou de girofle, la cardamome et le gingembre) sont ajoutées à la casserole. Le breuvage résultant est bu encore fumant.

IMG_8599

Rårörda lingon: la fameuse confiture d’airelles, qui accompagne les plats de gibier et de viande.

Les Plättars: délicieuses crêpes miniatures garnies de confiture, le plus souvent aux myrtilles, ou saupoudrées de sucre blanc.

Références:

Un merci tout spécial à mon amie Joséfine pour les précieuses informations! Hondurienne d’origine et québécoise/suédoise d’adoption, elle a été d’une grande aide pour l’élaboration de cet article et pour mon apprentissage de l’orthographe suédoise!

Crédits photo bouffe: Martin Morissette

Crédits photo paysage: Bartek Kuzia flickr

Chronique de Mélissa Moffet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s