Un aide-mémoire de quoi s’emballer !

Désormais, on ne s’étonne plus de parcourir les allées d’épicerie remplies d’aliments habillés en pelures d’oignon : un simple biscuit aux brisures de chocolat peut être contenu dans une barquette de plastique, une pellicule en aluminium et une boîte en carton ! Par contre, serait-il possible d’éradiquer complètement les emballages de notre garde-manger ? Non. Ils ont assurément leur raison d’être pour protéger la qualité et l’intégrité des produits lors de leur production et de leur conservation, pour afficher l’information nutritionnelle destinée au consommateur ainsi que pour améliorer la vente grâce à leur apparence attrayante (1). C’est pourquoi la lutte n’est pas contre l’emballage alimentaire, mais bien contre le SURemballage ! Et comme c’est le cas pour de nombreux combats, le changement débute avec de petits gestes simples à intégrer à son quotidien…il suffit seulement d’y penser ! Voici donc un aide-mémoire comprenant 4 questions à se poser lors d’un passage à  l’épicerie.

1. Ai-je apporté mes sacs réutilisables ?

Selon Recyc-Québec, en 2011, la distribution de sacs réutilisables par les grandes chaînes alimentaires telles que Provigo, IGA et Métro aurait contribué à diminuer l’usage des sacs en plastique jetables de 70 à 80% (2).  En laisser quelques-uns dans la voiture pour les utiliser à chaque semaine est alors assurément un réflexe à conserver et qu’il serait également intéressant de répandre chez les sacs transparents destinés aux légumes et aux fruits, ceux-ci n’étant pas nécessaires pour payer les denrées à la caisse. On peut soit transporter nos bananes « toutes nues » ou encore réutiliser le sac qui a contenu des oranges la semaine dernière.

2. Puis-je me procurer cet aliment en vrac ou à la découpe ?

La vente en vrac pour les légumes et les fruits, les farines, les céréales, les grains, les noix, etc. ou à la découpe pour les viandes, les poissons et les fromages comporte de nombreux avantages. Effectivement, en plus de permettre de mieux rentabiliser le volume des emballages et de mieux gérer les quantités à acheter, elle met souvent de l’avant des produits moins transformés. Au revoir aux sacs de céréales remplis seulement aux trois quarts et aux contenants de polystyrène, bonjour aux récipients pleins et aux végétaux entiers !

20160213_143441

Vous pouvez acheter vos denrées en vrac et faire vos propres tartinades maison

3. Puis-je favoriser le gros format ?

Bien qu’elles soient pratiques et rapides pour les personnes qui vivent seules ou qui s’occupent des lunchs à la maison, les petites portions individuelles produisent beaucoup de déchets et ont souvent un moins bon rapport de coût par portion que les gros formats à répartir soi-même en plusieurs parts. Ainsi, si vous jugez être en mesure d’éviter le gaspillage (sinon les bienfaits sont annulés !) : privilégiez les gros contenants de café ou de thé et les filtres réutilisables plutôt que les capsules individuelles jetables, avantagez les grands pots de yogourt, de jus, de lait, de compote de fruit ou de tout autre produit en remplissant vous-mêmes des plats lavables à emporter au lieu de choisir les petits cartons vendus séparément.

4. Puis-je fabriquer cet aliment en cuisinant à la maison ?

Par moment encore plus rentable que de choisir le gros format industriel, l’option de préparer soi-même des produits comme des barres tendres, du yogourt, des sandwichs, des salades ou des boissons peut s’avérer plus économique en plus de sauver des tonnes de détritus ! Il est ainsi possible de choisir des ingrédients de base recouverts de peu ou pas de couches superflues et de contrôler la façon dont le produit maison sera protégé et conservé.

En bref, adopter des habitudes visant à diminuer le suremballage alimentaire peut aussi en entraîner d’autres telles que choisir des produits moins transformés, mieux contrôler les portions et cuisiner davantage à la maison, soit d’autres éléments clés pour le maintien d’une alimentation saine et équilibrée… On y gagne sur tous les points !

(Pssst ! En prime, un guide des pires et des meilleurs emballages à choisir à l’épicerie juste ici ! )

Références :

(1) http://www.ecoconso.be/IMG/pdf/brochure_suremballage.pdf

(2)http://www.maplanetebleue.com/2011/01/30/les-sacs-reutilisables-sont-ils-ecologiques/

Chronique d’Ariane Lafortune

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s