Un tour du monde en cinq soupes

Soupes. Bouillons. Consommés. Ces mots illustrent le réconfort et brisent assurément la monotonie de la saison froide, en plus de donner l’envie de se réfugier sous une grosse couverture en écoutant des séries télévisées jusqu’à ce que le printemps arrive !

Je vous propose aujourd’hui de découvrir cinq soupes qui mijotent dans les cuisines des quatre coins de la planète, histoire de prouver que l’hiver, on peut se réchauffer le cœur avec autre chose qu’une soupe Lipton® poulet et nouilles !

Chorba (Afrique du Nord/ Moyen-Orient)

Chorba Beida

La chorba est une soupe traditionnelle maghrébine, surtout consommée en Algérie, mais aussi en Tunisie, en Lybie et au Maroc. On trouve également d’autres versions du côté du Moyen-Orient, en Turquie comme en Afghanistan. Ce plat est particulièrement apprécié pendant la saison du ramadan pour mettre fin au jeûne quotidien, mais il est aussi dégusté pour réchauffer les corps engourdis par l’hiver algérien.

Le bouillon est constitué de légumes racines, d’oignons, souvent de tomates, d’épices et de jus de citron. En guise de protéines, on utilise de la viande ovine, comme le mouton ou l’agneau. Il existe plusieurs variantes de cette soupe, comme la chorba frik, à base de blé vert concassé, la chorba aux vermicelles, où le blé est remplacé par des pâtes alimentaires vermicelli et la chorba langue d’oiseau, où on utilise plutôt de l’orzo. On retrouve également la chorba beida algérienne, signifiant « soupe blanche », qui ne contient pas de tomates

Recette de chorba beida

Recette de chorba frik

Pozole (Mexique)

Cette soupe mexicaine traditionnelle est très simple à réaliser : ses principaux ingrédients sont le porc ou le poulet, ainsi que le hominy, des grains de maïs préalablement séchés, puis lessivés à l’eau de chaux afin d’enlever l’enveloppe et le germe des grains, les rendant ainsi plus digestes et faciles à cuire.

Il est possible d’en déguster trois versions : le pozole blanco, préparé sans piment, le pozole rojo, cuisiné avec des piments rouges, puis le pozole verde, auquel les piments verts et les tomatillos donnent sa couleur caractéristique.

Voici une version adaptée par Ricardo, qui utilise le maïs en grain frais ou surgelé plutôt que le hominy.

Barszcz (Pologne)

Barzcz

Cette soupe est cuisinée dans plusieurs pays d’Europe de l’Est. Si on se dispute le nom et l’exclusivité de son origine, elle est pourtant constituée des mêmes ingrédients de base d’une variante à l’autre. Le barszcz est l’équivalent polonais du borscht russe, et du barščiai de la Lituanie. À base de betteraves, qui lui confèrent sa belle couleur vive, le barszcz est mijoté avec des oignons, des poireaux, de l’ail, des carottes et du céleri. Les betteraves peuvent avoir été préalablement fermentées quelques jours. La soupe est généralement servie en bouillon clair ou en potage, qui offre une belle texture veloutée. On l’accompagne avec une crème aigre, comme de la crème sure, puis avec des croûtons et un brin d’aneth. Certaines versions traditionnelles proposent de déposer une portion de pommes de terre en purée au fond du bol. Accompagné de pierogis, il s’agit du repas parfait !

Recette de barszcz

Mulligatawny (Inde)

Mulligawtany1

Il s’agit d’une soupe épicée délicieuse et très nourrissante. La base, un bouillon de poulet maison, est agrémentée de pommes, de pommes de terre, de lentilles corail ou de riz basmati et de lait de coco. La soupe est très parfumée : elle dévoile les arômes complexes de la cuisine indienne grâce à des épices telles que le gingembre, la coriandre, le cumin, le curcuma, le curry, la cardamome ou la cannelle. Certaines versions indiquent de passer la soupe au mélangeur afin d’obtenir une purée lisse, d’autres préfèrent conserver le mélange tel quel, afin d’ajouter de la texture au plat. Tout est une question de préférence !

Recette de Mulligatawny

Pho (Viet-nâm)

La pho est cette fameuse soupe vietnamienne longuement mijotée, servie avec des tranches de bœuf saignant ou des lanières de poulet grillé et des nouilles de riz. Bien qu’il en existe plusieurs variantes entre le sud, le centre et le nord du Vietnam, elle est le plus souvent garnie d’herbes fraîches (basilic thaï, coriandre et menthe), de fèves germées, d’oignons verts, de lime et de piments oiseaux. Le bouillon est le secret de cette soupe si savoureuse : oignons, gingembre, os de boeuf, coriandre, cardamome, clou de girofle, cannelle, anis étoilé et fenouil se côtoient plusieurs heures dans un gros chaudron avant d’assembler les arômes propres à la pho.

Il faut de la patience pour cuisiner le bouillon de la soupe pho traditionnelle, car il est souvent mijoté pendant plusieurs jours! Question d’économiser un peu de temps, voici plutôt mes deux restaurants favoris à Montréal, où vous pourrez facilement déguster ce repas à bon prix!

Pho Tay Ho

Pho Bac 97

Références:

http://www.theguardian.com/lifeandstyle/wordofmouth/2011/apr/07/how-to-cook-perfect-borscht

http://www.196flavors.com/fr/2015/04/26/mexique-pozole-rouge-au-poulet/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chorba

Chronique de Melissa Moffet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s