Les abeilles

Le problème

Le déclin des abeilles commence à inquiéter sérieusement les environnementalistes. En effet, alors que la perte annuelle habituelle d’une colonie d’abeilles dans un centre d’apiculture est de 10 à 15 ruches par année, les apiculteurs dénotent actuellement une perte de deux à trois fois plus élevée, soit de 30 à 35 ruches par année. Cette incidence de mortalité augmentée a comme impact de réduire significativement la production saisonnière de miel; passant de 7 kilos par jour à moins de 3 kilos. Mais si seulement l’impact se résumait à la diminution de la productivité de ce sucre naturel…

Le problème majeur de cette diminution marquée des abeilles s’inscrit dans un tout autre ordre de conséquences. Effectivement, plus du tiers de ce que nous consommons dans notre diète quotidienne dépend de la pollinisation effectuée par ces insectes : les pommes, les citrouilles, les bleuets, les concombres, entre autres, sont tous le fruit de ce processus naturel qu’est la pollinisation. À ce rythme, si l’on continue ainsi, les scientifiques craignent que 40% de tout ce qui se trouve dans notre assiette au déjeuner, au diner et au souper aura disparu dans quelques années.

Les causes

Ce bris du cours naturel de notre environnement tire ses racines de deux grandes causes. Tout d’abord, les néonicotinoïdes utilisés comme insecticides dans l’industrie agro-alimentaire contaminent les sols, les cours d’eau et s’évaporent dans l’air. Ces pesticides insidieux s’attaquent tranquillement au système nerveux central des abeilles, les intoxiquant à petites doses, puis les rendant éventuellement dysfonctionnelles. En effet, une fois en contact avec ces substances, les abeilles subissent des problèmes importants au niveau de leur orientation, oubliant la localisation des fleurs à polliniser, la direction de la ruche et certains de leurs apprentissages sexués, comme celui de la ponte de la reine. Ainsi, les néonicotinoïdes ont un rôle important dans le déclin de colonies entières.

D’autre part, les pratiques courantes d’agriculture au Québec, qui favorisent la monoculture, ont un énorme impact sur la santé de nos abeilles. Celles-ci s’en voient affamées et dénutries en raison du manque de diversité florale et de la déficience en minéraux des sols de certaines régions.

L’appauvrissement de la nutrition des abeilles causé par la monoculture, puis l’attaque sournoise à leur système nerveux par les insecticides contribuent à accroitre dangereusement le taux de mortalité de nos précieuses abeilles.

Les solutions

Dans son blogue, le nutritionniste urbain présente, sous forme d’un attrayant schéma, cinq gestes à poser afin d’aider nos amies les abeilles : acheter des aliments bio, consommer du miel local, laisser un bout de terrain en friches et installer un hôtel à insectes. Je vous conseille d’aller lire sur ces 5 conseils sur son blogue.

Puis, pour ajouter à ces propos, je vous présente en bref deux compagnies québécoises qui produisent du miel local et contribuent à conscientiser la population face au déclin éventuel des abeilles.

Screenshot 2016-03-13 15.09.01

Alvéole : Cette compagnie prône l’apiculture urbaine en installant des ruches sur les toits de divers quartiers montréalais (le Plateau, Notre-Dame de Grâce, Verdun, etc.) et offre ainsi un miel unique, propre à chaque quartier où leurs ruches sont logées. Elle offre aussi la possibilité d’assister à des cours d’apiculture 101, pour apprendre les bases de la science.

Screenshot 2016-03-13 15.09.38

Intermiel : Compagnie basée dans les Laurentides, elle offre des produits gourmands à base de miel tels que des ganaches au miel et chocolat, des caramels au miel et des hydromels (des boissons délicieuses, fermentées à base d’eau et de miel).

Références:

http://ici.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2013/08/10/001-abeille-monoculture-est-quebec.shtml

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/special/2015/02/abeilles/

http://nutritionnisteurbain.ca/infographiques/5-gestes-quon-peut-poser-pour-sauver-les-abeilles/

https://www.alveole.buzz/

http://www.intermiel.com/accueil/

Crédits photo: ici et ici

Chronique de Sophie Kaminski

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s