Les gras trans : réduire l’impact des aliments [TRANS]formés

Les acides gras se retrouvent de façon naturelle dans un large éventail d’aliments que nous consommons, et ce, sous différentes formes :

  • Acides gras saturés (e.g. acide palmitique);
  • Acides gras mono-insaturés (e.g. acide oléique, principal composant de l’huile d’olive);
  • Acides gras polyinsaturés (e.g. acide linolénique, communément appelé omega-3).

Il existe cependant une quatrième forme d’acides gras qui ne se retrouve que de façon rarissime dans la nature, soit les acides gras trans. Ceux-ci sont obtenus suivant un procédé nommé hydrogénation partielle. Cette technique est utilisée par l’industrie alimentaire entre autres pour :

  • Augmenter la stabilité des gras utilisés dans la préparation d’aliments;
  • Augmenter la plasticité, soit l’aptitude à bien s’étaler;
  • Augmenter le point de fusion, en d’autres termes, rendre le produit solide à température ambiante.

Les acides gras trans se retrouvent donc dans les aliments produits à partir d’huiles partiellement hydrogénées, notamment dans les pâtisseries et les aliments frits.

 

Effets néfastes des gras trans

Ces points positifs d’un point de vue technique s’accompagnent d’aspects négatifs importants en ce qui a trait à la santé. Les acides gras trans sont dits doublement néfastes en raison du fait qu’ils:

  1. Augmentent le mauvais cholestérol sanguin (LDL)
  2. Diminuent le bon cholestérol sanguin (HDL)

Or, les professionnels de la santé s’entendent pour dire que ces deux effets délétères augmentent le risque de développer des maladies cardiovasculaires, pouvant mener à l’infarctus ou encore l’AVC.

De ce fait, un Groupe d’étude sur les gras trans a été créé en 2005, ayant pour mandat d’établir des recommandations dans le but d’éliminer ou réduire la teneur en gras trans des aliments au Canada. Les recommandations finales du Groupe ont été adoptées en 2007:

  • La quantité de gras trans dans les huiles et les margarines molles ne devrait pas dépasser 2% de la teneur totale en matières grasses;
  • La quantité de gras trans dans les autres aliments, y compris les ingrédients utilisés en restauration, ne devraient pas dépasser 5% de la teneur totale en matières grasses;
  • Obligation de préciser la teneur en acides gras trans sur les étiquettes nutritionnelles.

La surveillance de ces recommandations réalisées en 2009 a démontré que plus du ¾ des aliments respectaient désormais la limite de 5%. Toutefois, les mets provenant de la restauration restent grandement problématiques.

 

Alternatives

L’industrie n’a d’autres choix que de revoir sa façon de faire puisque les gens sont de plus en plus informés sur le sujet et portent une attention grandissante à leur alimentation. L’utilisation d’huiles non hydrogénées, lorsque possible, permet de réduire la quantité de gras trans dans un aliment. Lorsque le procédé requiert un corps gras solide, un procédé nommé interestérification permet de solidifier les huiles, sans production de gras trans.

Nutrition facts and measure tape

Récents développements

Emboîtant le pas aux États-Unis, le gouvernement du Canada a confirmé qu’un plan d’action visant à interdire les gras trans au Canada verrait le jour d’ici la fin de l’année 2016. Cette initiative, souhaitons-le, permettra d’améliorer le profil nutritionnel des plats servis au restaurant et des aliments transformés qui inondent nos marchés d’alimentation. Néanmoins, rappelons-nous que le véritable contrôle de ce qui se retrouve dans notre assiette nous appartient, en tant que consommateurs.

 

Article de Marc-André Frenette

 

Références:
Bélanger, M., Dubost., M. et LeBlanc, M-J. (2015). La nutrition (4e édition). Montréal, Québec : Chenelière Éducation.
Blais, C. (2015). NUT1023 – Sciences des aliments – Théorie. Université de Montréal.
Groupe d’étude sur les graisses trans et Santé Canada. (2006). TRANSformer l’approvisionnement alimentaire. Repéré à : http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/nutrition/gras-trans-fats/tf-ge/tf-gt_rep-rap-fra.php#ea
Klonoff, D. (2007). Replacements for Trans Fats – Will there be an Oil Shortage ? Journal of Diabetes Science and Technology, 1(3), 415-422. Repéré à : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2769584/
Mozaffarian, D., Katan, M., Ascherio, A., Stampfer, M., Willet, W. (2006). Trans fatty acids ans cardiovascular disease. N Engl J Med, 354 :1601-1613. doi : 10.1056/NEJMra054035
Santé Canada. (2009). Programme de surveillance des gras trans. Repéré à : http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/nutrition/gras-trans-fats/tfa-age_tc-tm-fra.php
Crédits photos:
  1. https://pixabay.com/en/burger-fast-food-hamburger-731298/
  2. http://effectivehealthexec.com/wp-content/uploads/2015/08/nutrition-facts_GJqI-wD_.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s