Spécialités japonaises

Les mois d’hiver peuvent paraître longs, froids et sombres. J’ai donc décidé de vous changer les idées en vous faisant découvrir certains plats typiques japonais absolument délicieux que j’ai pu déguster lors de mes voyages au Japon. J’ai eu la chance de pouvoir visiter ce pays deux fois plutôt qu’une. Effectivement, j’ai eu une première rencontre avec le Japon lors d’un été alors que je n’avais que très peu de temps pour découvrir ce pays. En deux semaines, je suis complètement tombée sous le charme. Coup de foudre total. Tellement, que je n’ai pu faire autrement que d’y retourner l’année suivante, mais cette fois-ci pour 7 semaines.

Étant étudiante en nutrition et grande «foodie» dans l’âme, ce qui m’a tout de suite attiré de ce pays, c’est sa cuisine. Tellement diversifiée, savoureuse, attentionnée et réfléchie! On trouve d’absolument tout au Japon, pas simplement du poisson cru, comme certains le croient. Le poulet frit est succulent, les soupes délicieuses, les pâtisseries sont délicates et raffinées… Bref, je pourrais passer des heures à vous décrire les spécialités de chaque ville ou village, mais j’ai choisi de vous parler de 4 plats traditionnels incontournables.

***

Okonomiyaki

Ce plat typiquement japonais est difficile à décrire. Certains le qualifient de crêpe salée ou d’omelette, dans laquelle on ajoute les ingrédients de notre choix. Le terme Okonomiyaki peut être traduit librement par yaki qui veut dire «griller» et okonomi qui veut dire «ce que vous voulez».

17-01-Sophie-Okonomiyaki.png

Traditionnellement, on ajoute à la pâte (faite de farine, de taro et d’oeufs) du chou, des oignons verts, une viande au choix ou un fruit de mer, comme des crevettes ou du calmar. Puis, on sert l’okonomiyaki en le recouvrant de flocons de bonite séchée (un poisson similaire au thon) et de sauce traditionnelle d’okonomiyaki (semblable à de la mayonnaise, mais plus sucrée).  Manger ce plat est une expérience en soi. Alors qu’il prépare le mets sur une plaque à cuisson devant le client, le chef manœuvre avec agilité des spatules métalliques pour cuire la pâte rapidement, puis ajoute les ingrédients désirés. Lorsqu’il est prêt, l’okonomiyaki est dégusté à même la plaque afin qu’il reste chaud tout au long du repas. Testez une recette d’okonomiyaki modifiée ou plutôt «québéquisée» par vous-même.

Unagi grillé

Unagi est le terme japonais qui désigne l’anguille d’eau douce.  Habituellement préparée en grillant l’anguille au-dessus d’un feu de charbon de bois, puis en l’enduisant d’une sauce sucrée au soya et au mirin, cette spécialité est tout simplement délicieuse! À la fois croustillante et tendre, l’anguille apprêtée de cette façon vaut le détour.

Takoyaki

Ces petites boules de pieuvres, croustillantes à l’extérieur, chaudes et coulantes à l’intérieur, sont un véritable délice.  Faites à base d’une pâte qui s’apparente à de la pâte à crêpe, les takoyaki sont ensuite fourrées de pieuvres et de légumes. Elles sont cuites rapidement, puis on les sert très chaudes et recouvertes d’une sauce brune ainsi que de bonite séchée.

17-01-Sophie-Takoyaki.png

Étant donné que les boulettes sont vendues dans des kiosques au bord de rues passantes, il faut faire cuire la pâte dans des moules avec des insertions rondes. Puis, avec des baguettes et une grande dextérité, elles sont remuées sans cesse jusqu’à ce qu’elles soient dorées. Comme il est suggéré pour la majorité des spécialités culinaires japonaises, il faut manger les takoyaki lorsqu’elles sont encore extrêmement chaudes, à peine sorties du moule!

Udon

Un peu moins connues que les ramens, les udons sont des pâtes extrêmement populaires au Japon. Faites de froment (blé tendre), ces pâtes se distinguent par leur largeur (environ 2-4 mm de diamètre). Leur texture unique, un peu caoutchouteuse, mais soyeuse à la fois, les rendent extrêmement agréables en bouche. On peut les servir chaudes ou froides, habituellement dans un bouillon. Il est possible d’acheter ces pâtes à Montréal, soit séchées ou congelées, dans plusieurs épiceries asiatiques. Les udons congelées ont toutefois une texture plus similaire aux pâtes que l’on peut manger au Japon.

udon

***

Si cet article vous a donné faim, je vous invite à aller essayer ces spécialités dans des restaurants japonais de Montréal. Pour ma part, j’ai testé le restaurant Kazu, sur la rue St-Catherine, ainsi que le restaurant Imadake, qui offrent une expérience typiquement japonaise, donnant une impression de voyager dans sa propre ville.

 

 

Article de Sophie Kaminski

 

 

Références:
  1. Collectif. (2015). Japon, Guide Bleu (Japon N. éd).  Paris : Hachette.
  2. Bourdain, Anthony. (2015). No Reservations Tokyo [Épisode télévisé]. No Reservation. Travel Channel
  3. Collectif. (2014). Lonely Planet : Japon. (5e édition).  Paris : Lonely Planet.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s