L’Alimentation intuitive

À l’automne dernier, nous avons eu la chance d’assister à une formation sur l’alimentation intuitive présentée par Karine Gravel, une approche qui attire de plus en plus l’attention.

Pourquoi cette approche fait-elle jaser?

Il s’agit d’une approche positive qui favorise une saine relation avec la nourriture et son propre corps. Cette philosophie rejette l’idée des diètes, qui ne sont pas efficaces sur le long terme et sont parfois même dommageables.

Elle souligne que les pratiques courantes vont souvent à l’encontre de l’alimentation intuitive. Manger toute son assiette pour avoir du dessert, terminer son assiette malgré le rassasiement ou pour éviter le gaspillage sont des exemples de discours entendu dans la société nord-américaine. En soi, ces discours ne se veulent pas négatifs, mais ils peuvent créer une distance avec nos signaux de satiété.

Il est important de préciser que cette approche ne vise pas la perte de poids. En étant plus à l’écoute de ses signaux de faim et de satiété, il est possible de perdre du poids, mais le but premier est de favoriser une saine relation avec le corps et l’esprit, et de la conserver à travers le temps. Les bénéfices de cette pratique dépasseront certainement un simple chiffre sur la balance. La pratique de l’alimentation intuitive permettra, entre autres, d’apprendre à prendre soin de son corps, à l’aimer et à le respecter tel qu’il est.

Origine

Cette approche a été élaborée par deux nutritionnistes américaines dans les années 1990. Ses principes ont ensuite été traduits et adaptés par Karine Gravel, docteure en nutrition.

L’alimentation intuitive s’articule autour de 10 principes qui sont adoptés et personnalisés au  rythme de chacun.

  1. Rejeter la mentalité des diètes amaigrissantes qui créent de faux espoirs.
  2. Honorer sa faim lorsqu’elle est modérée.
  3. Se permettre de manger tous les aliments souhaités.
  4. Cesser de catégoriser les aliments comme étant «bons» ou «mauvais».
  5. Considérer sa sensation de rassasiement pour savoir quand cesser de manger.
  6. Découvrir la satisfaction et le plaisir de manger.
  7. Vivre ses émotions sans nécessairement utiliser la nourriture.
  8. Respecter son corps tel qui est au moment présent.
  9. Être physiquement actif par plaisir, et non pour perdre du poids.
  10. Honorer sa santé et ses papilles gustatives par ses aliments préférés.

17-02-Duo-01Il est à noter qu’un suivi avec une nutritionniste est recommandé dans cette démarche.

La nutritionniste Karine Gravel offre des formations et des conférences sur le sujet à Montréal et à Québec. Vous pourrez également vous renseigner davantage en consultant sa page.

 

 

Article de Camille Bourgault et Audrey-Anne Desjardins

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s