Probiotiques, prébiotiques… Comment s’y retrouver?

Un patient m’a récemment questionnée par rapport à l’utilité de la flore bactérienne de notre intestin. Une brève discussion avec lui et, par la suite, avec mon entourage, m’a permis de constater que les notions de microbiote, prébiotiques et probiotiques étaient souvent floues pour la plupart des gens. Avec le bombardement constant d’informations sur ce sujet, il devient effectivement très difficile de s’y retrouver. Tentons de démystifier cela un peu.

Microbiote et flore intestinale, à quoi ça sert?

La flore intestinale est composée de plus de 10 millions de types différents de bactéries qui se trouvent dans le gros intestin. Leur activité consiste à la fermentation des glucides que nous ne sommes pas capable de digérer. C’est cette fermentation qui est responsable des gaz intestinaux.

Mais ne vous inquiétez pas; là n’est pas leur seul effet! En effet, les micro-organismes de notre intestin jouent un rôle dans le métabolisme des vitamines du groupe B, en plus de synthétiser la vitamine B12 et la vitamine K, des vitamines essentielles pour notre organisme. À titre d’exemple, la vitamine K permet au foie de synthétiser des éléments qui sont nécessaires pour la coagulation du sang, d’où son importance dans notre corps!

Les bactéries du microbiote servent aussi à stimuler notre système immunitaire et à nous défendre contre les micro-organismes pathogènes qui voudraient, eux aussi, coloniser notre intestin. Par le fait-même, cela contribue au système de défense de l’intestin qui empêche les bactéries de traverser sa paroi et de se retrouver en circulation dans notre organisme. C’est pourquoi il est important de préserver un équilibre entre le microbiote et le système immunitaire. En d’autres mots, le microbiote est important, mais il ne doit pas prendre le dessus sur notre système immunitaire.

Les probiotiques : un moyen de défense

Les probiotiques sont directement des micro-organismes vivants que l’on ingère pour bénéficier de leurs effets sur la santé. Les bactéries les plus communes qui sont considérées comme des probiotiques sont les bifidobactéries et les lactobacilles.

En fait, contrairement à la croyance populaire, ces probiotiques ne s’implantent pas à proprement dit dans le côlon. On choisit plutôt ce type de bactéries parce qu’elles résistent à l’acidité du tube digestif et au tractus intestinal. Ainsi, elles restent assez longtemps dans l’intestin pour modifier l’activité métabolique de la flore bactérienne déjà présente. Les probiotiques servent donc à maintenir un équilibre entre les bonnes bactéries et celles qui sont pathogènes. Comment? En faisant travailler la résistance de notre intestin et en augmentant l’efficacité de sa barrière protectrice.

De façon plus concrète, les avantages de la prise de probiotiques sont de prévenir les dérangements intestinaux. Notamment, elle peut prévenir la diarrhée durant la prise d’antibiotiques ou atténuer les symptômes dans le cas d’une diarrhée infectieuse (diarrhée du voyageur, c.difficile). Les probiotiques peuvent aussi aider dans les cas de maladies inflammatoires de l’intestin et de syndrome du côlon irritable.

Les prébiotiques, ou comment nourrir vos alliés

Les prébiotiques servent en fait de nourriture pour les bons micro-organismes de notre intestin. Ce sont principalement des glucides complexes, tels que les fibres alimentaires, que nous n’avons pas la capacité de digérer. Une fois arrivés au côlon, ils sont dégradés par les bactéries qui s’y trouvent. En comblant les besoins nutritifs des bactéries de notre microbiote, on stimule à la fois leur activité métabolique, mais aussi leur croissance. Encore une fois, leur présence est alors favorisée, au détriment de celle des bactéries pathogènes.

Récemment, on entend aussi beaucoup parler de sources de prébiotiques comme l’inuline, la racine de chicorée, l’extrait d’artichaut, etc. La prise de ces produits est-elle nécessaire pour avoir une bonne santé intestinale? Non. Bien que ces fibres puissent être polyvalentes, une alimentation comprenant assez de fibres alimentaires suffit. De plus, les aliments contenant naturellement des fibres alimentaires ont souvent d’autres éléments nutritifs intéressants comme des vitamines et des minéraux. La prise de suppléments en fibres ne remplace donc pas de vrais aliments. Et soyons honnêtes: pour les papilles gustatives non plus, ce n’est pas très avantageux!

Ajoutez plutôt quelques fruits, légumes, légumineuses et/ou produits à grains entiers à votre diète quotidienne et vous aurez un côlon en santé et des papilles gustatives satisfaites!

17-02-Virginie-04

Article de Virginie Marcoux

 

 

Références:
  1. Agriculture et Agroalimentaire Canada (http://www.agr.gc.ca)
  2. Baribeau, H. (2008). L’inuline : le nouvel ingrédient vedette. Repéré à http://www.passeportsante.net/fr/Communaute/Blogue/Fiche.aspx?doc=l-inuline-le-nouvel-ingredient-vedette
  3. Bélanger, M., LeBlanc, M.-J. et Dubost, M. (2015). La nutrition (4e éd.). Montréal : Chenelière Éducation.
  4. Bio-K+. (2015). Qu’est-ce qu’un prébiotique? Repéré à https://www.biokplus.com/blog/fr_CA/manger-sainement/qu-est-ce-qu-un-prebiotique
  5. Marieb, E. N. et Hoehn, K. (2015). Anatomie et physiologie humaines (5e édition).
  6. Moussakova, L. et Lachaîne, R.). Montréal : Éditions du Renouveau Pédagogique Inc.
  7. Paquette, P. D. (2015). Probiotique et prébiotique… mais qu’est-ce que c’est? Repéré à http://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/2010/04/21/probiotique-prebiotique
Crédit photo : Doctissimo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s