Comprendre l’allergie alimentaire et ses différentes formes

Vous croyez avoir une allergie alimentaire? Vous avez des symptômes particuliers lorsque vous mangez certains aliments? Peut-être est-ce une intolérance, ou peut-être êtes-vous sensibles à un pollen-aliment? La suite vous aidera à distinguer ces différentes conditions.

***

Vrai ou faux: Les allergies sont de plus en plus répandues?

Selon un rapport présenté par les Centers of Disease Control and Prevention, agence américaine s’intéressant à la prévalence des allergies alimentaires, la tendance serait effectivement à la hausse depuis les années 1990 (1). L’opinion populaire semble aller dans le même sens: les sondages rapportent qu’environ une famille sur quatre pense qu’un membre de la famille a une allergie alimentaire (1, 2). Néanmoins, selon les études plus récentes, on estime que seulement 3,7% des adultes présenteraient réellement une allergie alimentaire (2).

En s’attardant davantage aux statistiques, on se rend bien compte que les études se contredisent. La conclusion des chercheurs pour l’instant est donc que, bien que la prévalence des allergies semble augmenter, on ne peut en être sûr.

L’allergie en tant que telle, c’est quoi?

L’allergie alimentaire résulte d’une réaction anormale de notre système immunitaire contre un aliment en particulier. Dans le pire des cas, cette réaction peut mener à ce qu’on appelle un choc anaphylactique, soit une perte de conscience et une chute de pression suite à l’atteinte des voies respiratoires (souvent traduite par de l’enflure) (3). Toutefois, réaction allergique n’est pas nécessairement synonyme de choc anaphylactique. Elle peut aussi se traduire par des symptômes comme l’urticaire, l’enflure de la bouche, le cillement au niveau de la respiration, une faiblesse générale, des vomissements, de la difficulté à avaler, etc. (4). En effet, les symptômes sont variés, et cela rend difficile la distinction entre l’intolérance et l’allergie.

17-03-Virginie-02 mod

En quoi l’intolérance est-elle différente?

La différence avec l’intolérance alimentaire est que celle-ci n’entraîne pas de réaction du système immunitaire. Elle est plutôt une incapacité à digérer certains aliments, le meilleur exemple étant l’intolérance au lactose.

Comment reconnaître l’intolérance?

  1. Les symptômes sont principalement des manifestations du système gastro-intestinal (maux de ventre, gaz, diarrhée).
  2. Contrairement à l’allergie, où le patient est hypersensible à la moindre trace de l’aliment en question, il est nécessaire d’ingérer une portion complète normale de l’aliment chez la personne intolérante pour qu’elle observe des symptômes (3).

Le syndrome pollen-aliment

Vos symptômes ressemblent plutôt à ceux que vous 17-03-Virginie-03ressentez en plein été dans un champ de pissenlits? C’est peut-être le syndrome pollen-aliment, ou syndrome d’allergie orale, qui vous frappe.

Ce type d’allergie se caractérise par des démangeaisons ou brûlures au niveau des lèvres, des écoulements nasaux et oculaires et/ou des éternuements (3). En effet, certains fruits, légumes et noix contiennent des protéines semblables à celles qu’on retrouve dans le pollen. Ce sont donc les personnes sensibles au pollen qui peuvent avoir ce genre de réactions alimentaires. Cela peut aussi être un type d’allergie croisée au pollen de bouleau. C’est le cas pour les pommes, pêches, prunes, poires, cerises, abricots et certaines noix comme les amandes (5).

Est-ce que les pollen-aliments peuvent mener à un choc anaphylactique chez les personnes sensibles? La réponse est oui, mais c’est plutôt rare. La plupart du temps, nos enzymes digestives parviennent à détruire les allergènes assez rapidement, d’où le fait que les symptômes se limitent à la bouche et à la gorge (5). De plus, la majorité des protéines allergènes dans les fruits et légumes sont sensibles à la chaleur et peuvent donc être facilement détruites à la cuisson, sauf pour quelques exceptions comme le céleri (6).

***

Bien qu’il existe maintenant des vaccins de désensibilisation à certains types d’allergies (bouleau, herbe à poux, graminées), il est important de comprendre que les allergies alimentaires ne sont pas des conditions qui se guérissent. Dans tous les cas, la règle d’or reste la même: on évite toute trace de ces aliments dans notre diète.

.

 .

Article de Virginie Marcoux

 .

.

Références:
  1. Passeport Santé. (2010). Allergies alimentaires. Repéré à http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=allergies_alimentaires_pm
  2. Medscape : Allergy & Immunology. (2016) Food allergies. Répéré à http://www.medscape.com/allergy-immunology
  3. Santé Canada. (2013) Les allergies alimentaires et les intolérances alimentaires. Repéré à http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/securit/allerg/index-fra.php
  4. Association des Allergologues et Immunologues du Québec. (2016) Allergie alimentaire. Repéré à http://allerg.qc.ca/Information_allergique/3_1_aliments.html
  5. Association des Allergologues et Immunologues du Québec. (2009). Le syndrome pollen-aliment. Repéré à http://allerg.qc.ca/Information_allergique/3_2_pollen_aliment.html
  6. Gouvernement du Canada : Agence canadienne d’inspection des aliments. (2012). Syndrome d’allergie orale. Repéré à http://www.inspection.gc.ca/aliments/information-pour-les-consommateurs/fiches-de-renseignements-et-infographies/allergenes/syndrome-d-allergie-orale/fra/1332351950134/1332352076501
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s