Entrevue avec Karine Paiement : alimentation végétarienne et nutrition sportive

Karine Paiement est une nutritionniste nouvellement diplômée qui a récemment débuté sa maîtrise en science de l’activité physique. Elle vient également tout juste de démarrer son entreprise, la clinique Endorphine nutrition sportive à Montréal. Végétarienne depuis 2015, elle est également une grande sportive et a complété plusieurs marathons et demi-marathons.

Karine Paiement

Dans le cadre du mois de la nutrition, le Feuilleté a eu la chance de s’entretenir avec Karine sur l’alimentation végétarienne et la nutrition sportive dans ce contexte. Cette entrevue pourra inspirer ceux qui souhaitent réaliser le défi de manger un repas végétarien équilibré par jour durant la première semaine de mars.

F : D’abord, pour bien situer tout le monde, quelle est la différence entre les régimes végétarien et végétalien ?

K : Le régime végétarien est habituellement utilisé pour décrire l’alimentation ovo-lacto-végétarienne. On y exclut la viande, la volaille, le poisson, les fruits de mer et tous les produits dérivés de ces aliments comme la gélatine qu’on retrouve dans certains bonbons, par exemple. Le régime végétalien exclut les mêmes aliments que le régime végétarien en plus de tous les autres aliments issus du règne animal tels que les œufs, les produits laitiers et le miel. Les végétaliens consomment uniquement des aliments d’origine végétale comme les produits céréaliers, les légumineuses, les noix, les graines, les fruits et les légumes.

F : Pour ta part, depuis quand es-tu végétarienne ?

K : J’ai cessé de manger de la viande et de la volaille en mai 2015, mais je mangeais occasionnellement du poisson et des fruits de mer. Puis, à la fin de l’année 2015, j’ai cessé complètement de manger des aliments issus de la chair animale pour devenir réellement végétarienne.

F : Quels sont les principaux éléments qui t’ont motivée à faire la transition vers ce type d’alimentation ?

K : D’une part, je dois admettre que je n’ai jamais été une grande amatrice de viande. Je n’aimais pas manipuler le poulet cru en cuisine et la fibre musculaire d’un steak me roulait en bouche. C’est donc naturellement que j’ai diminué ma consommation de viande lorsque j’ai emménagé en appartement et au fil du temps, j’en suis venue à me questionner sur les raisons pour lesquelles je continuais d’en consommer. Étant une grande amoureuse des animaux, je n’ai pas eu besoin de visionner des documentaires alarmants pour me convaincre que d’éviter de manger de la viande, ça ne pouvait qu’être bénéfique pour les bêtes qui ne finiraient pas dans mon assiette. J’ai également lu avec grand intérêt le livre Sauver la planète une bouchée à la fois du Nutritionniste urbain qui m’a fait prendre conscience de l’impact de la consommation des produits animaux sur l’environnement. J’ai donc fait ce choix sans trop y réfléchir, ça s’est fait assez naturellement.

F : Est-ce qu’un végétarien peut avoir une alimentation complète sans prendre de suppléments ? Est-ce pareil pour les athlètes ?

K : Un végétarien pourrait avoir une alimentation complète alors qu’une personne omnivore (qui mange de tout) pourrait avoir plusieurs carences alimentaires. Le contraire est aussi vrai! Qu’on soit végétarien ou non, le point à retenir est d’avoir une alimentation équilibrée incluant une grande variété de fruits et de légumes colorés.

Ensuite, lorsqu’on fait le choix de devenir végétarien, il faut s’assurer qu’on ne retire pas la viande de notre menu sans la substituer. Les « fausses viandes » peuvent aider à faire la transition ou servir de dépanneur, mais c’est important de ne pas en consommer à tous les jours puisque ce sont des aliments transformés souvent riches en sel. Les légumineuses, les produits du soya (tofu, tempeh, protéines de soya texturées), le seitan, les noix, les graines, les produits céréaliers à grains entiers, etc. sont des aliments à intégrer davantage à notre menu, qu’on soit sédentaire ou sportif.

En ce qui concerne les athlètes, le défi réside souvent dans la quantité d’énergie à ingérer sans avoir un apport trop élevé en gras et en fibres puisque cela pourrait mener à des troubles digestifs lors des entraînements. Puisque chaque personne est différente et que plusieurs facteurs ont un impact sur les besoins nutritionnels, je recommande aux gens se questionnant sur la qualité de leur alimentation de rencontrer une nutritionniste pour en discuter avec elle.

Marathon

F : En tant que marathonienne, as-tu plus de difficulté à couvrir tes besoins étant donné que tu ne consommes pas de chair animale ?

K : Non, pas du tout! Le secret, c’est de savoir quoi manger et quand le manger. En prévoyant des repas et des collations équilibrés en fonction de mes entraînements, je couvre mes besoins et j’ai l’énergie nécessaire pour affronter les longues sorties.

F : As-tu remarqué un impact sur tes performances sportives depuis que tu es végétarienne ?

K : J’ai observé que j’avais un meilleur niveau d’énergie et une meilleure digestion depuis que je suis végétarienne. Cependant, il y a beaucoup d’éléments qui peuvent influencer ces changements et cela peut varier d’un individu à l’autre donc c’est difficile d’attribuer ces changements au végétarisme seulement. J’invite les gens à faire l’exercice d’observer eux-mêmes s’ils remarquent une amélioration de leur niveau d’énergie à l’entraînement en intégrant davantage de repas végétariens à leur menu.

F : Quel est ton aliment indispensable en tant que végétarienne ?

K : Le tofu, puisqu’il est versatile et s’apprête de 1001 façons.

F : Si tu avais un conseil à donner à quelqu’un qui veut se lancer dans le défi de la semaine végétarienne dans le cadre du mois de la nutrition, lequel serait-il?

K : Regardez les recettes végétariennes qu’on retrouve sur internet, c’est vraiment inspirant! Ça peut également éviter des désastres en cuisine lorsqu’on ne sait pas comment apprêter de nouveaux aliments. J’aime beaucoup La cuisine de Jean-Philippe, Famille et tofu et les recettes végétariennes de Ricardo.

F : As-tu des conseils pour les gens qui voudraient effectuer une transition en douceur vers le végétarisme ?

K : Débutez votre transition avec le lundi (ou la journée de la semaine qui vous convient le mieux) sans viande. Ensuite, essayez de rendre le contenu de votre boîte à lunch végétarien. C’est plus facile de faire des salades et des sandwichs variés sans utiliser de viande puisque nos lunchs sont souvent des repas froids. Puis, peu à peu, on intègre des soupers végétariens soit en adaptant un classique comme le Tofu Général Tao, ou en découvrant de toutes nouvelles recettes. L’objectif est de diminuer notre consommation de viande à long terme, il devient alors inutile de se mettre la pression de vouloir tout changer du jour au lendemain.

F : Que dirais-tu à des personnes qui décident de devenir végétariennes seulement dans le but de perdre du poids ?

K : L’adoption de l’alimentation végétarienne demande une certaine capacité d’adaptation, autant pour soi que pour son entourage. Ainsi, si la raison de devenir végétarien n’est pas une motivation interne qui provient de nos valeurs (respect de l’environnement, éthique envers les animaux, etc.), mais qu’elle provient plutôt d’une motivation externe, soit son apparence, la transition sera plus difficile et beaucoup moins plaisante. Le végétarisme n’est pas un régime pour perdre du poids, j’encouragerais donc ces personnes à consulter une nutritionniste pour discuter de la bonne approche à avoir pour atteindre leurs objectifs.

F : Quelles sont tes meilleures adresses où trouver des plats végés à Montréal ?

K : Sushi Momo, LOV, Aux vivres, Lola Rosa et La panthère verte.

F : Y a-t-il d’autres points que tu désirerais aborder avec nous dans ton entrevue au sujet de l’alimentation végétarienne et/ou la nutrition sportive?

K : Je vous invite à visiter le blogue d’Endorphine nutrition sportive puisqu’on y retrouve des articles sur le végétarisme comme L’alimentation végétarienne chez les sportifs d’endurance et Végétarisme, performance sportive et anémie : que « fer » ? qui pourraient certainement intéresser vos lecteurs.

Article d’Emmanuelle Dubuc-Fortin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s