L’alimentation des enfants : plus complexe qu’on le pense

kidLes repas en famille peuvent rapidement devenir une source de tension quand les enfants commencent à refuser certains aliments dans l’assiette. Pourtant, ce comportement chez les enfants est normal à partir d’un certain âge [2]. La plupart du temps, ce sont les légumes qui sont moins appréciés et qui sont mis à part dans l’assiette. En tant que bons parents, vous avez peur que vos enfants «manquent de quelque chose» lorsque cette phase du développement se pointe le bout du nez. Il devient donc facile d’utiliser toutes sortes de tactiques, comme le fait de dire : « Mange tous les légumes et tu auras du dessert » ou encore « Tu dois terminer ton assiette si tu veux quitter la table ». Même si vous avez les meilleures intentions du monde, il est important de comprendre que ces méthodes ne peuvent qu’entrainer le développement, chez votre enfant, d’une relation malsaine avec les aliments [1, 2].  L’approche du partage des responsabilités entre les parents et l’enfant est une piste de solution pour favoriser le développement d’une relation harmonieuse avec les aliments chez votre enfant.

Selon cette approche, les parents ont la responsabilité de décider « quoi » (ce que l’enfant mange), « comment », « où » et « quand » les aliments sont consommés [1, 3].

La responsabilité du « quoi » consiste à :

  • Planifier des repas qui sont variés pour la famille
  • Offrir des aliments en quantité suffisante
  • Exposer l’enfant à de nouveaux aliments : c’est l’exposition répétée qui permettra à l’enfant d’apprivoiser de nouveaux aliments [2]
  • Réduire la consommation d’aliments transformés : c’est vous qui faites le choix d’acheter ces aliments ou non.

vegetables-landscape-2943500_960_720

 La responsabilité du « comment » consiste à :

  • Offrir des repas structurés et encadrés par une routine
  • Favoriser un environnement stable, agréable et sans tension pendant les repas
  • Favoriser les repas en famille
  • Apprendre aux enfants comment refuser de la nourriture poliment
  • Favoriser le développement de l’autonomie de votre enfant en lui transmettant les savoirs culinaire, alimentaire et nutritionnel

La responsabilité du « où » consiste à :

  • Favoriser les repas à la table, dans la salle à manger
  • Éviter de manger en écoutant la télévision et dans les chambres à coucher; évidemment, il peut y avoir des exceptions comme un petit-déjeuner au lit [3].

 La responsabilité du « quand » consiste à :

  • Offrir des repas et des collations de façon régulière
  • Choisir l’horaire des repas et des collations de la journée
  • Offrir un cadre réconfortant pour l’enfant

Même si le parent a beaucoup de responsabilités en lien avec l’alimentation de son enfant, ce dernier est le mieux placer pour savoir quand il a faim et quand ce n’est pas le cas. Il a donc la responsabilité de décider « combien » il mange [1, 3]. Il faut comprendre que les sensations de faim et de satiété sont instinctives et innées [2]. Dès la naissance, tout bébé reconnait lorsqu’il a faim. En effet, il pleure pour avoir le sein ou le biberon et il le lâche lorsqu’il a consommé une quantité suffisante de lait. Ce phénomène se poursuit jusqu’à l’enfance. Cependant, l’enfant s’exprimera non pas en pleurant, mais en disant à voix haute : «Je n’ai plus faim». En essayant de contrôler l’alimentation de votre enfant, vous le forcez à ne pas écouter ses signaux de faim et satiété. Avec le temps, l’enfant ne sera plus capable de reconnaître les signes que son propre corps lui envoie. Un adulte qui a écouté ses signaux de faim et de satiété toute sa vie aura une relation harmonieuse avec les aliments. Ce comportement favorise également un poids corporel «naturel», c’est-à-dire un poids corporel qui est ni inférieur ni supérieur au poids corporel que la génétique a choisi pour vous [2].

people-2560321_960_720

La responsabilité du « combien » consiste à :

  • L’enfant est libre de choisir les aliments à consommer parmi ceux offerts
  • Décider de la quantité des aliments à consommer, donc écouter ses signaux de faim et de satiété
  • L’enfant peut décider de ne pas manger au repas, mais il doit partager le moment en famille à table
  • Il peut accepter ou refuser certains aliments
  • L’enfant est libre d’accepter de consommer ou de refuser la collation offerte par les parents au moment prévu

Il est important de reconnaitre que votre enfant est en constante croissance. Il est donc normal que sont appétit varie de jour en jour [2]. De plus, il n’y a rien de plus normal qu’un enfant qui refuse un aliment, alors qu’il l’adorait lorsqu’il était bébé. Les préférences et les goûts changent et évoluent [2]. Rassurez-vous, ce n’est pas parce que votre enfant ne mange pas beaucoup de légumes ou tout autre catégorie d’aliments pendant un moment qu’il sera en carence de nutriments. Faites confiance à votre enfant, c’est lui qui est le plus outillé pour écouter les signes que son corps lui envoie.

Article d’Audrey Bélanger-Leclair

Références

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s