Tout ce qu’il y a à savoir sur la pomme

Sans aucun doute l’un des fruits les plus populaires au Québec, la pomme est particulièrement mise en vedette à l’automne. Les nombreuses photos que l’on peut voir passer sur nos réseaux sociaux de gens qui participent à sa cueillette ne mentent pas. Voici donc tout ce qu’il y a à savoir sur ce fameux fruit!

 

« Une pomme par jour éloigne le médecin pour toujours »

La pomme, surtout lorsque consommée avec sa pelure, est un fruit riche en fibres alimentaires. Elle contient des fibres solubles (pectines et hémicellulose), qui se dissolvent dans l’eau pour former un gel et ralentir le passage des aliments de l’estomac à l’intestin, ce qui prolonge la sensation de satiété. Elle contient aussi des fibres insolubles (cellulose), qui augmentent le poids des selles et jouent ainsi un rôle sur le maintien d’une bonne régularité intestinale par l’accélération du transit colique.  La pomme renferme également plusieurs composés phénoliques (flavonoïdes et acides phénoliques) reconnus pour leurs propriétés antioxydantes, c’est-à-dire qu’ils protègent le corps contre les dommages causés par les radicaux libres. Ces derniers contribuent entre autres à l’apparition de nombreuses maladies comme le cancer et les maladies cardiovasculaires. Enfin, la pomme constitue une source de vitamine C. Celle-ci possède également un pouvoir antioxydant, en plus de favoriser l’absorption du fer et d’assurer la synthèse du collagène, protéine que l’on retrouve dans toutes les structures de notre corps.

 

Principales variétés disponibles au Québec

La pomme est l’un des plus anciens fruits cultivés, et il en existe aujourd’hui plus de 7500 variétés. Au Québec, près d’une vingtaine de variétés sont disponibles pour la cueillette à l’arrivée de l’automne. Voici donc un aperçu des plus courantes et de leurs caractéristiques afin de vous aider à faire un choix!

  • Lobo : variété parfaite pour être cuite dans vos plats préférés, comme les tartes et les croustades, étant donné qu’elle conserve sa forme à la cuisson.
  • Cortland : variété offrant le meilleur des deux mondes, c’est-à-dire qu’elle conserve sa forme à la cuisson en plus d’avoir une chair qui ne brunit pas à l’air ambiant, ce qui permet également de l’utiliser dans des plats frais comme les salades.
  • McIntosh et Paulared : variétés parfaites pour faire de la compote, étant donné qu’elles fournissent un jus abondant, celui de la McIntosh étant plus sucré et celui de la Paulared étant plus acidulé.
  • Empire, Gala, Honeycrisp et Spartan : variétés très fermes, ce qui font d’elles des pommes bonnes à croquer et parfaites à emporter pour la collation, puisqu’elles se cabossent moins facilement que les autres.

Pour de plus amples renseignements sur les autres variétés disponibles et les endroits de votre région où il est possible de faire de l’autocueillette, n’hésitez pas à consulter www.lapommeduquebec.ca.

Photo après le paragraphe Principales variétés au Québec

Bon à savoir

  • Comme tous les autres fruits et légumes, il est important de laver les pommes sous l’eau froide avant de les consommer, particulièrement parce qu’il est recommandé de les consommer avec la pelure afin d’en tirer le maximum de bénéfices.
  • La pomme est un fruit climactérique, c’est-à-dire qu’elle produit de l’éthylène même après sa cueillette, soit un gaz responsable des changements physiques associés au mûrissement. Ceci fait en sorte qu’elle ramollit 10 fois plus vite à température ambiante. Il est donc préférable d’entreposer les pommes au réfrigérateur afin de prolonger leur durée de conservation.

Bonne cueillette!

 

Article de Joanie Rathé

 

Références
  1. Bélanger, M., LeBlanc, M.-J. et Dubost M. (2015). La nutrition (4e éd.). Montréal, Québec : Chenelière Éducation.
  2. Colin-Henrion, M. (2008). De la pomme à la pomme transformée : impact du procédé sur deux composés d’intérêt nutritionnel – Caractérisation physique et sensorielle des produits transformés (Thèse de doctorat, Université d’Angers). Repéré à https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00351179/document
  3. Fortin, C. (dir.). (2017). L’encyclopédie visuelle des aliments. Montréal, Québec : Les Éditions Québec Amérique Inc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s