La diète « méditerranéo-responsable »

Depuis une dizaine d’années, on entend souvent parler de l’alimentation méditerranéenne. Cette diète est non seulement particulièrement efficace pour améliorer la santé, mais c’est également la seule parmi ses consœurs populaires (Atkins, Zone, etc.) qui soit basée sur le plaisir de manger (1). Toutefois, il est d’autant plus satisfaisant de s’alimenter comme les méditerranéens lorsque cela est accompli de manière écoresponsable…

Picture1.png

Les fondements de l’alimentation méditerranéenne sont illustrés dans cette pyramide construite par l’Institut de Cardiologie de Montréal (2).

pic2

L’image renseigne sur la proportion et la fréquence des aliments tels qu’ils sont consommés par les Méditerranéens[1]. Les produits céréaliers à grains entiers, les légumes et les légumineuses fournissent une grande quantité de fibres en partie responsables des bienfaits de la diète. Par ailleurs, le poisson et l’huile de canola sont des sources d’omégas-3, dont les effets sont anticoagulants, tandis que les fruits et légumes apportent des antioxydants. Ces deux caractéristiques seraient également responsables des avantages de la diète (3).

En 2010, une méta-analyse compilant des études conduites sur plus de 2 millions de personnes de nombreuses nationalités a permis de conclure que l’alimentation méditerranéenne diminue les risques de décès associés aux maladies cardio-vasculaires, au cancer et aux maladies dégénératives (3). Un an plus tard, une autre méta-analyse a révélé que ce régime a également des effets bénéfiques sur le tour de taille, le cholestérol sanguin, la glycémie, la pression artérielle, protégeant ainsi contre le syndrome métabolique (3). Il est intéressant de constater que toutes les maladies susmentionnées représentent l’ensemble des maladies dont décèdent les Nord-Américains.

Écoresponsabilité :

Puisque cette façon de s’alimenter est si formidable, quelles sont nos options pour que toutes les générations futures puissent également la choisir?

La viande est l’aliment dont la production est la plus polluante. Ainsi, la faible consommation de viande, et les apports élevés en légumineuses, graines et noix, dans la diète méditerranéenne, lui procurent déjà un avantage sur les diètes plus carnivores (Atkins). Dans une perspective durable, la viande biologique est à préconiser – les quelques fois où on la mange – car cette dernière est nourrie sans organismes génétiquement modifiées, lesquels polluent les fleuves et les rivières tout en présentant un risque pour la biodiversité (4).

Des outils tels que le Menu Bleu Marin existent pour nous aider à consommer le poisson, très prisé par les Méditerranéens, de manière durable (4).[2] Les petits poissons tels que la sardine sont également un excellent choix, car ils se reproduisent rapidement et sont au bas de la chaîne alimentaire (4). Se renseigner sur les saisons de fruits de mers et de poisson, ainsi que découvrir des espèces locales sont deux autres options vertes vers lesquelles on peut se tourner (4).

pic3.png

Pour les fruits et légumes, les circuits courts dans lesquels au plus un seul intermédiaire est présent entre la production agricole et le consommateur, sont à favoriser. Les marchés, les jardins communautaires et les paniers biologiques tels que ceux offerts par Équiterre et les Fermes Lufa en sont quelques exemples. En plus d’être une pratique durable, les circuits courts créent de l’emploi et améliorent la qualité du travail des agriculteurs, notamment grâce au lien de confiance qu’ils développent avec leurs consommateurs (5).

En somme, s’alimenter éco responsablement est possible grâce à divers moyens et n’est pas uniquement atteignable par l’adoption d’une diète strictement végétarienne. En effet, il est possible de se nourrir comme les méditerranéens tout en minimisant les dommages collatéraux pour la planète et cette décision amène son lot d’avantages pour la santé !

Article par Fannie Beaulieu

pic4
Références
  1. Institut de cardiologie de Montréal. (s.d.). Alimentation méditerranéenne. Repéré à : https://www.icm-mhi.org/fr/prevention/adopter-saines-habitudes-vie/alimentation-mediteraneenne
  2. Centre EPIC de l’Institut de Cardiologie de Montréal. [Image en ligne]. Repéré à : https://www.centreepic.org/alimentation-mediterraneenne/
  3. Extenso. (2013). La diète méditerranéenne. Repéré à : http://www.extenso.org/article/la-diete-mediterraneenne/
  4. Lavallée, B. (2015). Sauver la planète une bouchée à la fois. Montréal : Éditions La Pressse.
  5. Mundler, P., Laughrea, S. (2016). The contributions of short food supply chains to territorial development: A study of three Quebec territories. Journal of Rural Studies, 45, 218-229. doi: https://doi.org/10.1016/j.jrurstud.2016.04.001

[1] Notez que certaines nations méditerranéennes ont délaissé leur alimentation traditionnelle et ne sont plus protégées par ses effets bénéfiques, notamment la Grèce (Extenso).

[2] On retrouve sept excellentes recommandations au sujet de la consommation durable de poisson dans le livre « Sauver la planète une bouchée à la fois » de Bernard Lavallée, Le nutritionniste urbain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s